BlogsCanada.ca
"The Pulse of Canada "

 
Please Give Stumble a Thumbs Up!
 

 
General

Syria: Reports of poison gas usage in village of Kfar Zeita

Posted April 12, 2014 by MariaS

Wonder if the USA has also supplied poison gas to the rebels along with the new weapons already placed in terrorist hands.

From AP:
..The Syrian government and rebel forces say poison gas has been used in a central village, injuring scores of people, while blaming each other for the attack.
The main Western-backed opposition group, the Syrian National Coalition, says dozens of people were hurt in a poison gas attack Friday in the village of Kfar Zeita.
State-run Syrian television on Saturday blamed members of the al-Qaida-linked Nusra Front for using chlorine gas at Kfar Zeita, killing two people and injuring more than 100.

Aryn Baker writing at Time:
….Syrian Rebels Appear to Have a New Type of U.S.-made Anti-Tank Weapon.  
The recent appearance of an American anti-tank missile on the social media of a Syrian rebel group fighting the government of President Bashar Assad raises questions about U.S. assistance in the war, and its effectiveness


For all the weapons currently in use in the Syrian war, few are American made. It’s emblematic of strict U.S. control over the manufacture and distribution of weapons of war. But the recent appearance on YouTube of a uniquely American anti-tank missile being launched by a moderate rebel group fighting the government of President Bashar Assad in Syria has fostered speculation that the U.S. or its allies may have finally started arming the rebels. For months, U.S. security officials have leaked information to journalists about the supply of light arms to moderate rebels in Syria’s southern areas, and congressional approval for further deliveries through September. This is possibly the first evidence of the American armaments in use in Syria, though their appearance in the northern province of Idlib, far from the U.S. approved rebel group’s area of operations is a disconcerting development. So far only three instances of the BGM-71 TOW anti-tank guided missile in rebel use have appeared on social media sites coming out of Syria, so it’s impossible to know how widespread the weapon’s distribution is, or if its just a one-off. Still, it raises questions about whether or not such weapons would even make a difference in a war that is nearing unshakable stalemate.


“It’s potentially a very significant development. These missiles have not been seen before in Syria,” says Charles Lister, a specialist on the Syrian conflict and a visiting fellow at the Brookings Doha Center think tank, who first wrote about the missiles in IHS Jane’s Defense Weekly. Even if the weapons were passed to the rebels from a government that bought them legitimately from the U.S., strict regulations apply to their transfer. “Even if country like Saudi had decided to send these to the rebels, technically the U.S., and [President] Obama would have known about it and given its blessing,” says Lister. It is of course possible that the missiles in question were bought on the black market, and as long as the number of star turns on social media sites run by rebels stay low, that is the most likely scenario. Even if the U.S. or its allies didn’t want to advertise the fact that they were supplying weapons to the rebels, the ubiquity of social media on the Syrian battlefield would mean that their distribution wouldn’t stay secret for long……….

Full Story »

 
Canada

The stage is set, the puppets are in place

Posted April 11, 2014 by MariaS

With powerful billionaires like Sheldon Adelson and George Soros buying politicians left and right … I don’t see any sanity in the foreign policies of  America.  As both these individuals are hell bent on destroying Muslim countries in order to safeguard Israel … the world will keep seeing wars initiated by the USA, on the slightest possible pretext, against Muslim countries who dare to so much as breathe an insult towards Israel.  Loss of multitudes of innocent people and the growth of hatred towards America and Israel is something we need to come to terms with …. because that’s in our future and in the future of our descendants.


I hope Canada does not go the way of America…. although Stephen Harper and many of his Cons are placing Israel’s well-being in equal proportions to Canada’s well-being.  You can’t keep your feet in two boats and expect to keep your balance … and that’s another reason why so many Canadians are against dual citizenship…. and IMO, if the Conservatives lose the next election it will be because they have been paying far too much attention to Israel’s well-being.


Although, the writer below is throwing dirt at only the GOP candidates,  that is only half the story.  There have been several rumors of Hillary Clinton and her associates having met with both Adelson and Soros at frequent intervals in the not too distant past.

Dana Milbank writing at WashingtonPost:
….GOP candidates kiss up to billionaire Sheldon Adelson.    


Who wants to marry a billionaire?
John Kasich does. So do Scott Walker, Chris Christie and Jeb Bush.


When Sheldon Adelson, the world’s eighth-richest person, according to Forbes, let it be known that he was looking for a Republican candidate to back in the 2016 presidential race, these four men rushed to Las Vegas over the weekend to see if they could arrange a quickie marriage in Sin City between their political ambitions and Adelson’s $39.9 billion fortune.


Adelson was hosting the Republican Jewish Coalition at his Venetian hotel and gambling complex, and the would-be candidates paraded themselves before the group, hoping to catch the 80-year-old casino mogul’s eye. Everybody knows that, behind closed doors, politicians often sell themselves to the highest bidder; this time, they were doing it in public, as if vending their wares at a live auction.


As The Post’s Philip Rucker reported, Kasich, the Ohio governor, kept addressing his speech to “Sheldon,” as if he were having a private tete-a-tete with the mega-donor (Adelson and his wife spent more than $93 million on the 2012 elections) and not speaking to a roomful of people.


Walker, the Wisconsin governor, pandered unabashedly by giving the Hebrew meaning of his son Matthew’s name and by mentioning that he displays a menorah at home along with the Christmas tree. And Christie, the New Jersey governor, gushed about his trip to Israel and the “occupied territories.”


That was a gaffe. Pro-Israel hawks consider the term pejorative and, at any rate, the more relevant occupied territory at the moment is the Republican Party — wholly occupied by billionaires.


In addition to Adelson, two of the world’s other top-10 billionaires, David and Charles Koch (combined net worth: $81 billion) are pouring tens of millions into the 2014 midterm elections in an effort to swing the Senate to Republican control. These and other wealthy people, their political contributions unleashed by the Supreme Court’s Citizens United decision, are buying the U.S. political system in much the same way Russian oligarchs have acquired theirs. (Super-rich liberals such as Tom Steyer are spending some of their fortunes to help Democrats, but they are pikers by comparison.) Spending by super PACs, a preferred vehicle of billionaires, will surpass spending by all candidates combined this year, predicts Kantar Media, which tracks political advertising.


This pay-to-play culture is, at best, unseemly. What makes it ugly is when it becomes obvious just how much the wealthy corporate interests get in return. As it happens, two such instances were on display Tuesday on Capitol Hill, as one congressional committee examined how Caterpillar Inc. avoided paying billions of dollars in taxes while another panel probed how General Motors was allowed to produce cars with a lethal safety defect for more than a decade………..

Full Story »

 
General

Barbara Kay: Keeping our campuses Israel-friendly

North American schools have been commendably firm in resisting calls to boycott the Jewish state

Full Story »

 
Election

‘None of the above’ sweeps Windsor student elections

Posted March 17, 2014 by Josh Dehaas

Some students were angry about electoral process; others see racism

The post ‘None of the above’ sweeps Windsor student elections appeared first on Macleans.ca.

Full Story »

 
General

What Stephen Harper didn’t see in the Middle East

Posted January 22, 2014 by Nick Taylor-Vaisey

Sectarian violence in Lebanon, Iraq and Syria, and a Canadian in Egypt

Full Story »

 
Canada

Harper heads to Sea of Galilee, Hula Valley

Posted January 22, 2014 by The Canadian Press

JERUSALEM – Prime Minister Stephen Harper is being treated to some of the marvels…

Full Story »

 
Canada

PMs admit they differ on Israeli settlements but Harper refuses to criticize

Posted January 21, 2014 by The Canadian Press

JERUSALEM – Canada and Israel have differences of opinion on the Israeli-Palestinian conflict despite…

Full Story »

 
General

Harper’s Israel speech: If peace were that simple, we’d be there already

Posted January 20, 2014 by Michael Petrou

Michael Petrou on the Prime Minister’s remarks

Full Story »

 
General

Live-blogging Stephen Harper’s Israeli Knesset address (updated)

Posted January 20, 2014 by Michael Petrou

10:58 Should be starting any minute…
11:04: Canadian Prime Minister Stephen Harper is the…

Full Story »

 
General

Harper only loves Israel

Posted January 20, 2014 by Nick Taylor-Vaisey

The PM’s relationship with everyone else in the Middle East? Complicated.

Full Story »

 
General

Harper défend plus Israël que le Québec

Posted January 18, 2014 by Claude Dupras

Stephen Harper est le premier, des premiers ministres canadiens, invité à donner un discours au Knesset, le parlement d’Israël, devant les 120 députés israéliens assemblés à Jérusalem. C’est tout un honneur. Il inaugurera aussi un sanctuaire d’oiseaux portant son nom et recevra un doctorat honoraire de l’université de Tel Aviv.

Il sera reçu en héros.

Ce geste particulier est pour marquer l’appui indéfectible d’Harper à l’état d’Israël dans le conflit palestino-israélien. Ses dirigeants apprécient la constance des prises de « positions morales » qu’il prend sur les sujets politiques qui touchent leur pays, que ce soit à l’ONU, aux sommets du G8 et ailleurs.

Israël n’oublie pas le boycottage par Stephen Harper des conférences antiracismes de Durban, sa défense des opérations menées au Liban lors du conflit de 2006, son opposition aux critiques d’Israël lors des rencontres de la Francophonie, son appui aux représailles militaires de l’armée israélienne suite à l’agression du Hamas, son opposition aux discussions du G8 touchant la paix avec la Palestine afin qu’elles tiennent compte des frontières d’avant la guerre de 1967, de son vote positif à l’ONU pour modifier le statut d’Israël d’ « entité non-votante » à « État non-votant », etc… Ces actions démontrent qu’Israël ait raison ou non, Harper l’a toujours appuyé fortement et publiquement, nonobstant le fait que les mandarins d’Ottawa l’aient avisé que la crédibilité du Canada serait minée et que ses positions risquaient de contribuer à la croissance du terrorisme islamique.

À ses dénonciateurs, Harper souligne l’aide financière du Canada qu’il a donnée aux régions de Gaza et de la Jordanie. Il évite de dire que notre pays l’a toujours fait et il n’avoue pas que l’ensemble de ses actions démontre que sa sympathie première au Moyen-Orient est acquise à Israël.

Les discours d’Harper ne sont pas alignés avec la politique officielle du ministère des Affaires extérieurs du Canada, défini avec le temps par ses prédécesseurs. Il agit comme si elle n’existait pas. Que ce soit en rapport avec l’annexion de Jérusalem-est, du contrôle permanent des territoires occupés depuis 1967 et autres. Pour lui, « ce que je dis, est la politique extérieure du Canada ».

Même l’ex-PM Louis Saint-Laurent n’a pas reçu un hommage comme celui réservé à Harper. Pourtant, le 29 novembre 1947, il a décidé que le Canada prenne position en faveur d’Israël, lors du vote à l’ONU sur le « plan de partage de la Palestine » en trois entités : « l’État Juif », « l’État arabe » et « Jérusalem sous contrôle international ». Le vote fut de 33 pays « pour », treize « contre » et dix « abstentions ». Deux jours avant, dans un premier vote, Israël n’obtint que 28 votes, un de moins que la majorité requise. Ce fut très serré.

À ce moment-là, la Palestine était sous mandat britannique, conformément au statut politique établi par la Société des Nations en Palestine et en Transjordanie à partir de 1920. La population était de 65% arabe et 35% juive. Les arabes palestiniens rejetèrent le « plan de partage » et revendiquèrent l’ensemble du territoire puisque, disaient-ils, « la majorité est arabe ». Les États de la Ligue arabe les endossèrent.

Le 14 mai 1948, la communauté juive d’Israël proclama son indépendance et la création de l’État d’Israël qui devint une république parlementaire multipartite et une démocratie libérale avec suffrage universel. Les arabes insatisfaits, se sentant brimés, déclenchèrent la guerre d’Israël. Ce dernier rétorqua et le conflit dure encore avec la conséquence qu’Israël s’est approprié de plus en plus de terres arabes. En 1967, en plus de la Cisjordanie, Israël, qui occupait la partie ouest de Jérusalem, conquit la partie est et fit sa capitale de l’ensemble. Cet état de fait n’est pas reconnu par l’ONU.

Le peuple juif qui venait de subir l’horrible génocide perpétré par les nazis durant la 2ième guère mondiale, travailla dur pour bâtir son nouveau pays et le peupler de leurs contemporains de tous les coins du monde. Plus de 850 000 répondirent. De leur côté, des millions de Palestiniens, qui vivaient dans les secteurs attribués à Israël, 4,9 millions se réfugièrent du côté arabe. Aujourd’hui, Israël compte plus de 75% de juifs, le reste étant partagé entre arabes, chrétiens et autres. Sur la question des réfugiés palestiniens, plus de 72 résolutions ont été votées par les Nations-Unie, sans succès. Aucune ne s’adressait aux droits des nouveaux venus juifs, tel que le voulait Israël.

Tous les premiers ministres du Canada depuis St-Laurent ont été amis avec Israël mais leurs actions ont toujours tenu compte de la part des choses et de la situation internationale afin qu’une vraie solution soit trouvée et acceptée par les deux partis de ce conflit important. Ils ont cherché, avec les dirigeants de pays alliés, à trouver des compromis afin de mettre fin, une fois pour toutes, à cette querelle meurtrière entre les deux factions.

Seul l’ex-PM Joe Clark a agi unilatéralement en voulant déménager l’ambassade du Canada de Tel Aviv à Jérusalem, nonobstant la résolution de 1947 de l’ONU. Il fut vite rabroué par tous les pays du Moyen-Orient et revint vite à la politique sensée de ses prédécesseurs qui œuvraient autant pour les droits des Israéliens que pour ceux des Palestiniens. Harper, à chaque situation difficile entre Israéliens et Palestiniens ou entre Israël et un autre pays de la région du Moyen-Orient, prend inévitablement position pour Israël. Et cela même si ses alliés, USA ou autres, cherchent à engager des négociations entre les parties. C’est ainsi qu’il a gagné son titre de « meilleur ami politique d’Israël dans le monde ».

Pendant ce temps-là, Stephen Harper ne prend jamais parti pour le Québec. Je ne l’ai pas entendu dire : « Le Québec a raison sur ce sujet et je vais tout faire pour convaincre les autres provinces du bien-fondé de sa position ». Le registre des armes, est un exemple. C’est à l’École Polytechnique de Montréal que Marc Lépine a tiré à bout portant sur de jeunes polytechniciennes, en tuant 14 et blessant 14 autres. Nous, Québécoises et Québécois, avons tous été très marqués par ce massacre. Et, ce sont les mamans et les papas de ces victimes qui ont lancé le mouvement d’enregistrement des armes. Sa justification a été reconnue par tous, le gouvernement du Canada a agi et trois milliards de $ ont été dépensés pour le réaliser. Au moment où il fut mis en opération, Harper, devenu PM, l’annula parce que certains fermiers de l’ouest canadien s’y opposaient. Et pour ajouter à l’injure, il refuse de transmettre au gouvernement du Québec, la partie du registre qui le concerne.

L’Accord de Kyoto est un autre exemple. Il a renié cet accord international important sur l’environnement qui fut signé un de ses prédécesseurs, l’ex-PM Jean Chrétien. Il n’a pas dit que cet accord était surtout voulu par le Québec et qu’il allait tout faire pour le respecter.

De même, en rapport avec sa proposition d’invalider la loi fédérale sur l’exercice des droits fondamentaux et prérogatives du peuple Québécois et de l’État du Québec, qui stipule le droit du Québec de se séparer sans l’accord d’Ottawa, Harper refuse d’expliquer la justification de la loi aux anglophones canadiens, de défendre le droit du Québec d’agir ainsi et qu’il faut le reconnaître.

Et il y a des dizaines d’autres exemples de sujets sérieux touchant l’ensemble des Canadiens.

Enfin, le Canada profitera peut être du prestige d’Harper envers Israël en rapport avec les revenus émanant du pétrole. Il semble qu’il veuille l’utiliser pour obtenir l’appui du « lobby juif » américain, très puissant à Washington et normalement démocrate, pour faire pression sur le président Barack Obama afin qu’il approuve, dans les plus brefs délais, la construction de l’oléoduc XL Keystone devant transporter le pétrole des sables bitumineux du nord de l’Alberta à l’État d’Alabama. Au moins sur ce point, le Canada gagnera économiquement, mais, en fait, ce sera aux dépends de la bonne entente entre les Israéliens et lesa Palestiniens.

Claude Dupras

Full Story »

ShowImage
Commentary

Harper is for the Birds!

Posted January 18, 2014 by Allan W Janssen

Dear Readers: Prime Minister Stephen Harper is so well like in Israel that they are going to name some stuff after him! GET THIS!!!!!! There is now a “Stephen J. Harper Hula Valley Bird Sanctuary!” (Apparently it’s a “Bird Interpretive Centre!”) ———————————– I just read this in a celebrity rag: “Avicii, 25 things you don’t […]

Full Story »

 
Canada

L’accord de libre-échange Canada – Union Européenne, un espoir sérieux

Posted October 19, 2013 by Claude Dupras

Encore récemment, il me semblait improbable que le premier ministre canadien Stephen Harper réussisse à négocier une entente de libre-échange avec l’Union Européenne. Et, surtout, avant les USA. J’ai suivi l’évolution des négociations de ce dossier depuis quelques années.

Malgré ma sympathie politique passée pour son parti, j’ai perdu confiance dans le leadership du PM Harper. Trop de ses décisions allaient à l’encontre de l’opinion majoritaire des Québécois et je les ai dénoncées souventes fois dans mon blog. Son reniement de l’accord de Kyoto est le principal exemple.

Mais aujourd’hui, il faut être correct, féliciter le premier ministre et lui crier BRAVO. Il a réussi, après plus de quatre années de négociations difficiles, à s’entendre en principe avec les dirigeants de l’Union Européenne sur un pacte de libre échange Canada-Europe. Le document est signé ! Harper a raison d’en être fier.

Évidemment ce n’est pas encore un fait accompli puisque les provinces et les territoires canadiens doivent maintenant l’approuver tout comme les 28 membres de l’Union Européenne. Le gouvernement du Québec a été le premier à confirmer son accord de principe sur le texte préliminaire. Le document final ne sera connu que plus tard, suite aux vérifications légales et aux nombreuses traductions dans les diverses langues européennes. Cela démontre que quelque soit le parti au pouvoir à Québec, l’économie demeure une priorité qui n’a pas de couleurs. L’approche positive de Pauline Marois mérite d’être soulignée.

Cet accord de libre-échange donnera aux entreprises canadiennes et québécoises un accès préférentiel aux 500 millions de consommateurs européens qui dépensent annuellement plus de 17 trillions $. Au minimum, 80 000 nouveaux emplois en découleront. Le PIB grimpera de 12 milliards$. Le commerce entre les deux parties augmentera de 22 %. En plus, les coûts de produits pour les consommateurs diminueront appréciablement.

On ne connaîtra que plus tard les réels perdants ou gagnants de l’application de l’accord. Aujourd’hui, les journalistes spécialisés, les observateurs avertis et les groupes d’intérêts qui estiment être touchés positivement ou négativement par le contenu de l’accord, nous en donnent un aperçu.

Ainsi, à cause de l’élimination de tarifs douaniers, les Canadiens paieront moins cher, pour les produits de consommation venant d’Europe, comme pour les vêtements, les parfums, les produits domestiques. Ce sera aussi positif pour nos manufacturiers d’automobiles puisqu’on estime qu’ils exporteront 90 000 autos de plus par an. Quant aux producteurs canadiens de viande, ils vendront plus de bœuf, de porc et de bison.

Par contre, certaines entreprises canadiennes et particulièrement québécoises seront concurrencées fortement, tels les producteurs laitiers, les fromagers et autres. Mais dans ces cas, qui soulèvent beaucoup de bruits anti-accord, ce sont les consommateurs qui en profiteront. Par exemple, le fromage qui se vend à des prix très élevés au Québec devra faire place aux excellents fromages français et autres qui apparaîtront dans les épiceries à des prix fortement inférieurs.

Quant aux fromagers canadiens, de hauts fonctionnaires affirment qu’ils seront financièrement compensés pour les effets négatifs sur leurs affaires. Cela pourrait être l’équivalent des subventions que les pays d’Europe accordent actuellement aux producteurs laitiers, fournisseurs des producteurs de fromage.

Les tarifs pour les produits d’agriculture seront fortement diminués, rendant notre blé et nos huiles plus accessibles.

Pour les projets de construction, le marché deviendra ouvert, au Canada comme en Europe, à tous les entrepreneurs canadiens et européens pour des projets excédant 7,8 millions de $, assurant ainsi une plus saine concurrence.

Quant aux achats de matériel, de services d’architecture, d’ingénierie ou autres, ils deviendront accessibles à toutes les entreprises pour des montants excédents certains minima. Cela diminuera les dépenses des corps publics.

Pour les produits de nos forêts, les tarifs diminués rendront plus disponibles notre bois, notre pulpe de bois, notre papier journal.

Pour les produits de la mer, l’obligation que le conditionnement des produits exportés soit fait à Terre-Neuve sera levée et des réductions de tarifs seront appliquées sur les poissons, les produits dérivés de la mer, les crevettes, le homard et les coquilles-St-Jacques rendant le tout plus accessible.

La protection de la propriété intellectuelle est aussi au cœur de l’accord et cela à la demande des Européens. Ces derniers veulent augmenter la durée des brevets de 20 à 22 ans. Ceci affectera à la hausse les prix des produits pharmaceutiques et retardera l’accès aux produits génériques moins chers. Le gouvernement canadien qui a dû faire cette concession propose de compenser les provinces pour les augmentations de coûts. Mais cela ne prendra effet que huit ans après la signature.

Les investisseurs de tous les pays signataires seront traités équitablement et de la même façon que les investisseurs locaux le sont par leurs gouvernements. Des compensations pour des actes, comme l’expropriation illégale d’un investissement par un pays, seront disponibles. L’arbitration de conflits est prévue. L’acquisition d’une entreprise canadienne de moins 1,5 milliards ne nécessitera pas l’intervention d’Investissement-Canada.

Les tarifs douaniers seront éliminés sur les produits manufacturés pour l’aérospatiale, les chemins de fer, la machinerie, les produits électriques et les équipements. De même sur l’aluminium, le nickel, le fer, l’acier… et les télécommunications. Tout cela débouche sur des produits moins chers, des ventes accrues et des emplois additionnels.

Pour assurer la protection de l’environnement, les signataires ont accepté de respecter les lois environnementales sans aucune concession pouvant favoriser les échanges commerciaux ou attirer des investissements nouveaux. C’est à se demander ce qui arrivera aux sables bitumineux !

Pour faciliter les échanges, l’accord prévoit une rationalisation de la réglementation et une diminution des lourdeurs administratives. Un rêve diront plusieurs. Peut-être !

Lorsque nous constatons tous les bienfaits que retireront les consommateurs canadiens de l’accord de libre-échange Canada-Union Européenne, on comprend mieux, maintenant, le nouveau programme politique du Parti Conservateur du Canada « une nouvelle ère pour les consommateurs et les entreprises » présenté par le premier ministre Stephen Harper dans le récent discours inaugural de la nouvelle session parlementaire. C’est la première fois que le PC investit son « capital politique » dans une politique nouvelle, d’envergure et peut être risquée. Un coup de dés ? Non, je ne crois pas car le tout est bien préparé.

Tenant compte des accords existants de libre-échange du Canada avec les USA et le Mexique (Aléna), le Chili, la Colombie, le Costa Rica, l’Honduras, Israël, la Jordanie et le Panama auxquels s’ajoutent maintenant celui avec l’Union Européenne, notre pays devient de plus en plus un partenaire économique sérieux avec les grandes nations du monde. Et ce n’est pas fini, puisqu’il négocie actuellement de tels accords avec 12 autres pays dont l’Inde, le Japon, l’Ukraine, la Corée du sud, le groupe trans-pacifique, etc… Tout cela fait du Canada un pays d’investissement, de compétence et de saine concurrence. Ce qui en découle sont les nouveaux emplois, les opportunités, l’accès au monde dont bénéficient ses citoyens et un avenir plus que prometteur pour ses jeunes. Ce ne sont pas seulement des mots… mais des faits.

Claude Dupras

Full Story »


 

Followers