BlogsCanada.ca
"The Pulse of Canada "

 
Please Give Stumble a Thumbs Up!
 

 
Canada

Landscape Inchies Part 2

Posted March 14, 2014 by Gail Bartel

Here is part 2 of the inchie tutorial.We will be making these 3 inches, Canadian Shield, Atlantic, and Great Lakes region.MATERIALS REQUIRED:- wc paper inches cut to 3″x3″- scrap piece of heavy paper- white tissue paper- glue- green painter’s tape- dis…

Full Story »

imagesJ62IW2B2
Canada

How to tell if you’re Canadian!

Posted February 2, 2014 by Allan W Janssen

Guest post by Damien Ponech and John Bayko In the same month my little e-mailman, dodging the e-dogs, brought not one but two Canadian culture tests. With the authors’ consent I’ve combined them. Both are English Canadian; there is a separate Québecois culture test. Items identical to the American test are in grey. Damien was […]

Full Story »

 
Canada

Greens celebrate diversity on International Day of Pink

Posted April 9, 2014 by Anonymous

OTTAWA – Today on International Day of Pink, the Green Party of Canada joins with millions of Canadians nation-wide in celebrating diversity and calling for an end to homophobic bullying.

This year Elizabeth May, Leader of the Green Party of Canada and Member of Parliament for Saanich­­–Gulf Islands will join other progressive leaders from across Canada in participating as an International Day of Pink Ambassador.

“It is a huge honour for me to have been invited to become an Ambassador for Day of Pink,” said May. “This is a day to stand up against bullying, to stand up against homophobia and discrimination of all kinds, and to say to young people who may be victims of bullying: speak up, and reach out.”

International Day of Pink is an anti-bullying initiative that began at a Nova Scotia high school in 2007, when two students were able to get their whole school to wear pink shirts in solidarity with a classmate who was a victim of homophobic bullying. Today, it is celebrated in communities across Canada and around the world.

Contact:

Nicholas Gall
Communications Officer
Green Party of Canada
(613) 614 4916
nicholas.gall@greenparty.ca

 

Greens celebrate diversity on International Day of Pink #DayofPink

Full Story »

 
Canada

B.C. producer recalls medicinal pot after inspection

Posted April 23, 2014 by The Canadian Press

Health Canada found ‘issues’ with a B.C. grower’s production practices

The post B.C. producer recalls medicinal pot after inspection appeared first on Macleans.ca.

Full Story »

 
Canada

Le poing levé de PKP

Posted March 19, 2014 by Claude Dupras

L’arrivée politique spectaculaire de l’homme d’affaires Pierre-Karl Péladeau (PKP) n’a pas eu l’effet positif escompté par la PM Pauline Marois lorsqu’elle l’a recruté pour briguer les suffrages du Parti Québécois dans le comté de St-Jérôme, en vue de l’élection générale québécoise du 7 avril prochain.

Malgré cette annonce surprise qui devait apporter une publicité extraordinaire au Parti Québécois (PQ), l’effet recherché ne se concrétisa pas. Depuis, la PM Marois a vu ses appuis diminuer, les probabilités d’une victoire certaine pour son parti s’évaporer et son adversaire libéral Couillard prendre une avance de trois points dans les sondages.

Qui est le responsable ? PKP ? Marois ? J’estime que la faute incombe à la première ministre. Elle et ses conseillers ne se sont pas assuré que le discours de PKP respecterait la stratégie établie pour gagner l’élection. Il est clair qu’elle a laissé PKP libre de dire et d’agir comme il le voulait. Et, celui-ci y est allé d’une déclaration tonitruante sur la situation du Québec au Canada. Il a affirmé n’être là que pour faire un pays du Québec. De plus, pour donner plus de force à son affirmation, il a levé le poing. Subitement, les Québécois ont compris que l’élection devenait référendaire et que la question était : « OUI ou NON, voulez-vous d’un troisième référendum sur la séparation du Québec du Canada ». Et, comme ils sont 61% à ne pas le vouloir, les résultats des sondages démontrèrent que l’entrée politique de PKP fut un fiasco ! Ses mots et son expression gestuelle ont déplu aux Québécois.

Le poing levé était le signe d’appartenance par excellence de la gauche du milieu des années ’30, tels que : marxistes, anarchistes, communistes ou pacifistes. Favorisant le pouvoir attractif des symboles, le poing levé se voulait pour ces derniers l’expression concurrentielle au bras tendu et à la main déployée des fascistes et des nazis. Plus tard, il a été utilisé par les nationalistes noirs et les nationalistes israélites.

La première fois que je l’ai vu fut aux Jeux Olympiques d’été de Mexico de 1968, lorsque les coureurs américains Smith et Carlos, premier et troisième au 200 mètres, protestèrent, sur le podium de la remise des médailles, contre la ségrégation raciale aux USA en baissant la tête et en pointant, lors de l’hymne américain, leur poing ganté de noir vers le ciel. Ils appuyaient ainsi le Black Power et particulièrement le mouvement afro-américain des Black Panthers. Ils furent exclus à vie des JO. Pourtant, il avait été question d’annuler les Jeux à cause de tout ce qui était survenu durant l’année. Le pasteur Martin Luther King avait été assassiné le 4 avril et Bob Kennedy le 6 juin. Le 20 août, les chars soviétiques avaient pénétré dans Prague. La guerre du Viêt Nam faisait rage. Un conflit au Nigeria provoqua un véritable génocide au Biafra. Les noirs américains étaient très affectés par le racisme qui trônait toujours dans leur pays et par tous ces évènements politiques majeurs qui touchaient beaucoup de noirs. Jusqu’à un certain point, on pouvait comprendre leur ras-le-bol, mais les blancs américains ne pardonnèrent pas ce geste de leurs athlètes qui pour eux était provocateur et menaçant.

Avec le temps, le poing levé, est devenu une expression de révolte, de force ou de solidarité. Aujourd’hui, il sature l’espace mondial des révoltes et est un signe qui annonce qu’on est prêt à en découdre.

On se rappellera la sortie Nelson Mandela de la prison de Robbins Island, marchant main dans la main avec son épouse Winnie et du moment où ils levèrent le poing pour marquer l’évènement. Le poing levé rappelait la marque de commerce de Mandela qui l’avait utilisé du temps qu’il préconisait un régime communiste pour l’Afrique du Sud au moment de son emprisonnement. Par la suite, le grand homme qu’il était en changea la signification de revanche pour celle de la tolérance.

En juillet 2010, en vacances, le président Obama achète une glace de « Mount Desert Island Ice Cream » dont l’affiche publicitaire est un poing levé tenant une cuillère et les mots « Mt. Desert is Icecream. Fearless power ». Les conservateurs républicains l’accusèrent sur le champ d’envoyer un message de « Black Power » à sa base militante. Cela démontra clairement que le poing levé est toujours un signe qui fait peur.

Durant les récentes années, le poing levé a été le symbole adopté par les mouvements de la révolution égyptienne en 2011 ; par le groupe international de protestation sociale Occupy, en 2011; et par les manifestants contre le mariage homosexuel en 2013 durant le Printemps français.

Je ne veux pas être injuste envers PKP et le taxer des défauts de la gauche. Il est un homme de droite et c’est bien ainsi. C’est un homme qui peut contribuer à ce que le Québec ait des programmes économiques et des lois pouvant le rendre plus prospère. Si le PQ est réélu, il aura besoin de lui pour le faire.

C’est dommage que PKP ait fait une telle erreur électorale qui de toute évidence nui à son parti. En politique, il faut savoir que les images ont souventes fois plus d’effet que les grandes théories. Dans plusieurs cas, l’apparence est plus forte que la réalité. C’est malheureux, mais c’est comme ça ! Pour une grande majorité de Québécois, l’image du « poing levé » peut être menaçante, un défi marqué de colère, de violence potentielle et l’engagement d’un combat sans merci. PKP n’aurait pas dû l’utiliser pour marquer sa détermination de séparer le Québec du Canada. Je ne crois pas qu’il va répéter ce geste, dans l’avenir, car il vient de comprendre qu’il ne s’apparente aucunement aux Québécois ni à leur façon de vivre. C’est un peuple calme, paisible, renseigné et démocrate.

Claude Dupras

.

Full Story »

 
Canada

Égalité, équité et parité pour les femmes

Posted March 8, 2014 by Claude Dupras

Aujourd’hui, journée internationale de la femme, Hillary Clinton a attiré l’attention du monde en affirmant que «les femmes et les filles constituent encore la majorité des gens malades, sous-alimentés et sous-payés dans le monde » et cela malgré les importantes avancées réalisées depuis la conférence des Nations-Unies sur les femmes, tenue à Beijing en 1995, qui avait reconnu que les droits de l’homme sont les droits des femmes et vice versa. Tous les pays du monde se doivent de faire encore plus. Ils pourraient, par exemple, inclure le principe de l’égalité dans tout projet de développement.

Au Canada, les femmes doivent avoir de plus en plus de pouvoir afin de participer pleinement aux prises de décisions. La féminisation égalitaire du pouvoir devrait être un objectif, en politique et en affaires. Une telle parité ne pourrait qu’être juste pour nos sociétés car les femmes sont en nombre majoritaire sur les listes électorales (plus de 60%) et dans la population (50,4%).

Beaucoup a déjà été fait au Canada et au Québec. Un grand nombre de femmes ont fait la démonstration, depuis plusieurs années, de leurs savoir-faire, de leur capacité de rassemblement et de réalisations. Elles ont réussi à mettre à l’écart la notion populaire que l’homme est supérieur à la femme dans les domaines politiques et de gérance.

Au Canada, quatre femmes sont premières ministres et de plus en plus de femmes sont des élues fédérales, provinciales et municipales. Et elles réussissent très bien. Dans les affaires et autres domaines, il y en a de plus en plus dans les rôles-clefs. Mais dans tous les cas, le nombre est grandement insuffisant.

La bonne façon de procéder pour retenir les services d’une personne, homme ou femme, est de choisir la plus compétente pour le poste à combler. On ne choisit pas une femme parce que c’est une femme, tout comme on ne rejette pas une femme parce que c’est une femme. C’est pourquoi les candidates compétentes doivent être en nombre suffisant et bien préparées. Malheureusement, ce n’est pas le cas car trop d’entre-elles n’ont pas eu la possibilité d’acquérir l’expérience requise, dans leurs emplois précédents. L’équité, ce n’est pas seulement au sommet que cela doit se pratiquer, mais c’est surtout dans le partage des emplois importants à tous les niveaux.

J’applaudis les partis politiques québécois qui, pour l’élection en cours au Québec, ont un nombre record de candidates. Je considère important que les femmes aient le poids politique pour bien servir la nation mais aussi pour défendre leurs intérêts. Elles doivent projeter l’image de femmes politiques qui se tiennent debout, de politiciennes sérieuses, honnêtes, intelligentes à l’écoute des gens. Elles doivent être un « role model » pour les autres femmes et les jeunes afin de susciter de futures et nombreuses candidatures féminines. C’est ainsi que la parité sera réalisée dans les années qui viennent.

Dans le passé, les femmes ont démontré ne pas être assez exigeantes envers celles qu’elles élisent. Il est important que chaque élue soit suivie de près quant à la façon dont elle remplit son mandat et qu’elle comprenne que si elle ignore les priorités des femmes, elle pourrait avoir une forte opposition dans l’avenir.

Le prochain gouvernement doit aussi s’assurer que les emplois de fonctionnaires qui seront à pourvoir, durant les prochaines années, au gouvernement et dans les sociétés d’État, deviennent disponibles de façon égale aux femmes et aux hommes, quel que soit le poste, toujours en tenant compte du critère de compétence. Dans un premier temps, jusqu’à ce que la parité soit atteinte, je dirais qu’à compétence égale le poste aille à une femme. La fonction publique devrait refléter la vraie image du Québec.

Il y a aussi les aspects sociaux et économiques qui sont de grandes préoccupations pour les femmes : la violence qui leur est faite dans la famille et dans la société, le harcèlement sexuel dont elles sont trop souvent victimes, les abus qui les visent au travail, en public et en ligne, la santé, l’accès financier au réseau des garderie, la pauvreté, l’inefficacité du système de perception des pensions alimentaires, la responsabilité parentale sur le marché du travail, l’équité salariale (l’écart entre les femmes et les hommes demeurant trop grand)… C’est aussi à cela qu’il faut répondre.

La PM Marois ne cesse, depuis le début de la campagne électorale, de faire allusion à la Charte de valeurs, que son gouvernement a proposée, comme étant la Charte de l’égalité des femmes et des hommes. C’est complètement inexact. Elle veut enlever les signes ostentatoires aux femmes et hommes qui les portent en respect de leur religion ou leurs coutumes. Ce n’est pas en s’attaquant à l’habillement des femmes qu’on les protège.

Par des efforts vrais et réalistes, les femmes seront, à tous les points de vue, égales dans la société, respectées équitablement et bénéficieront d’une parité dans leurs chances à l’emploi et dans les salaires masculins et féminins. Les droits des femmes ce n’est pas seulement dans la vie politique que cela s’applique, mais partout.

Voilà un vrai programme pour assurer l’égalité des femmes chez nous, sans coercition ni obligation mais par l’exemple et le bon sens. J’espère que le prochain gouvernement du Québec s’y attaquera.

Il y a un mois, la ministre française des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, en présentant son projet de loi sur l’égalité femmes-hommes à l’Assemblée Nationale française disait « Sans l’égalité entre les femmes et les hommes, il n’y a pas de réelle liberté ». Bien dit !

Claude Dupras

Full Story »

 
Canada

Statement from the Green Party of Canada for Vaisakhi

Posted April 14, 2014 by Anonymous

On the occasion of the 315th Vaisakhi, the Green Party of Canada would like to extend best wishes for a peaceful and joyous holiday season to Canada’s Sikh community.

Vaisakhi is a celebration of the anniversary of the inauguration of the Khalsa, the sovereign community of Sikhs, by Guru Gobind Singh. Vaisakhi is also a celebration of thanksgiving for the harvest. Each year, Sikhs around the world observe this holiday with feasts, songs, and processions.

The first Sikhs to immigrate to Canada settled near Vancouver around the turn of the last century. Today, Canada’s 470,000 Sikhs constitute an integral part of our country’s cultural mosaic.

The Green Party of Canada wishes all those celebrating today Khuśa visākhī!

-30-

 

Contact :

Nicholas Gall
Agent de communications
Parti vert du Canada
(613) 614 4916
nicholas.gall@partivert.ca

Statement from the Green Party of Canada for Vaisakhi

Full Story »

 
Canada

Canada’s Middle Class Is Now the World’s Richest

Posted April 22, 2014 by What's Different in Canada

Canada’s Middle Class Is Now the World’s Richest:

After three decades of slow growth, middle-class incomes in the U.S. appear to trail those of Canada. Poor Americans now make less than the poor in several other countries.

Full Story »

 
Alberta

Autumn in Bowmont and Baker Parks – Calgary, Alberta

Posted January 24, 2014 by hikingwithbarry

It is fair to say an Autumn day in the southern foothills of Canada’s Rocky Mountains is more subtle than the explosion of color enjoyed by our eastern friends in the Maritime Provinces, Québec and Ontario.  We may not be particularly competitive with Manitoba, Saskatchewan, … Continue reading

Full Story »

 
Canada

Divided, Quebec falls

Posted January 17, 2014 by Martin Patriquin

The charter of values has not only torn the province in two—it’s also split the sovereignist movement

Full Story »

imagesJJWLVQ2J
Allan's Perspective

The next step in “Political Correctness” is here!

Posted April 6, 2014 by Allan W Janssen

Folks, we got trouble in River City! Or at least in the University of River city! For any of you that thought “political correctness” was stupid, GET A LOAD OF THIS! University students have come up with an even more bizarre and asinine concept called “TRIGGER WARNINGS!” (That’s right kids, from now on, anytime a […]

Full Story »

 
Canada

Canada’s Economic Development is Growing up

Posted April 19, 2014 by Anonymous

The Economy growing in Canada has followed a steady trajectory. Beginning in 2009 and continuing in the past five years, key economic indicators have begun to point upward. New construction and housing starts, manufacture, and infrastructure investment are on the rise throughout Canada, providing increased projections in employment and overall GNP. Private-public sector initiatives have […]

Full Story »

 
Canada

When government deems a park as sacred and organizes a “pilgrimage?” Tweet Poo!

Posted March 20, 2014 by Joel Johannesen

Total confusion! The upcoming “Earth Day” (barf) promises lots of pure, natural, “organic,” un-man-made, Earthy stuff to do. If, that is, as a normal person, you can ignore the left-wing aura that envelopes the obviously politically tainted “Earth Day.” For example, you could do like the Muslims do when they embark on their sacred pilgrimage, […]

Full Story »

 
Canada

Le crucifix, thème de la prochaine élection québécoise

Posted February 6, 2014 by Claude Dupras

La solidarité des Canadiens-français et la fibre politique que la France leur a léguée constituent les raisons principales de leur présence relativement importante au Canada. De peuple conquis, bafoué, diminué, la nation canadienne-française a trouvé les grands chefs politiques et religieux dont elle avait besoin pour remporter des victoires importantes. Elle a toujours su tirer son épingle du jeu, même quand les règles établies visaient à la contrôler, l’assimiler ou l’angliciser. Le Clergé lui a enseigné la solidarité, ce qui l’a sauvé des jours noirs depuis la conquête et lui a permis de vaincre, de se maintenir et de progresser. Les hommes politiques ont su bénéficier de cette solidarité pour défendre la place du peuple français d’Amérique dans ce grand pays et assurer leur survivance.

De 66 000 Canadiens-français au moment de la conquête, nous sommes, aujourd’hui, plus de 8 millions sur le territoire canadien et cela malgré le départ, à partir de 1861, de milliers d’émigrés Québécois vers les filatures du Nord-Est des USA à cause du manque de travail. Ils y sont restés et ont fondé des familles. En 1930, on évaluait leur nombre à 900 000. On voyait des « Petits Canadas » dans les états du Maine, du Vermont, du Massachusetts, du New Hampshire, du Rhode Island et du Connecticut. Aujourd’hui, leurs descendants se chiffrent à plus de 3 000 000. Mais dans le « melting pot » américain, ils ont perdu leur langue française.

C’est le taux de fécondité élevé, surnommé « la revanche des berceaux », conséquence de la rigide position du Clergé relativement au devoir conjugal et à la famille, encouragé par les nationalistes, qui a permis aux Canadiens-français non seulement de compenser largement pour les exils volontaires de ses enfants mais aussi de contrebalancer, depuis la conquête, le flux de l’immigration anglaise de familles nombreuses. Cette méthode fructueuse démontra, plus que tout autre, la solidarité des Canadiens-français.

De plus, pour tâcher de résorber les effets du manque de travail, le Clergé a encouragé la colonisation pour développer l’agriculture dans de nouvelles régions du Québec, telles la Mauricie, les Bois-Francs, le Saguenay et les Laurentides. Plus tard, la Gaspésie et finalement l’Abitibi. Omniprésent dans la vie des Canadiens-français, il a aussi posé des gestes importants qui ont assuré la protection de leur langue française et de leur religion, par exemple :

. En 1774, Monseigneur Briand, l’évêque de Québec, n’hésite pas une seconde à soutenir la Couronne britannique contre les colonies britanniques américaines qui invitent les Canadiens à s’engager avec elles dans une guerre d’indépendance. Mgr Briand aime la politique de conciliation des Anglais mais redoute surtout le fanatisme anticatholique des américains. Pour défendre la Colonie, une milice canadienne-française est formée en toute hâte et vient gonfler les rangs de l’armée du Gouverneur Carleton qui n’a que 1 500 soldats. Usés par un hiver particulièrement rigoureux, les Américains battent en retraite devant 10,000 hommes fraîchement débarqués d’Angleterre. Le Québec ne fera donc pas partie des futurs États-Unis. Si les Américains avaient gagné, parlerions-nous encore français ? La solidarité prêchée par Mgr Briand a fait la différence.

. En 1788, Monseigneur Hubert constate que dans son grand diocèse les Canadiens-français sont en voie de paupérisation et victimes d’un nombre croissant d’injustices, qu’ils développent une rancœur grandissante contre les Anglais, qu’ils font preuve d’indifférence devant la faible administration anglaise et qu’ils s’insurgent contre la quasi-monopolisation des commerces de la fourrure du Nord-Ouest et du blé par les Anglo-Écossais qui profitent de leur situation pour s’emparer aussi de la richesse foncière. Bouleversé, Mgr Hubert cherche à persuader Carleton mais sa réponse ne le satisfait pas. Appuyé par les siens, il décide de se rendre à Londres et de faire part de ses constatations directement au gouvernement anglais. Devant ce plaidoyer et d’autres, Londres réagit et adopte la troisième constitution du Canada qui divise le pays en deux provinces : Le Haut-Canada et le Bas-Canada, pour tenir compte des préjugés et des coutumes des habitants français et veiller à leur conserver la jouissance de leurs droits civils et religieux. Mgr Hubert a fait ce qu’il avait à faire.

. Vers 1850, Monseigneur Bourget, évêque de Montréal, a l’ambition de faire du catholicisme un instrument capable de résister au pouvoir protestant. Il lance un programme de retraites paroissiales qui opèrent une véritable conversion en profondeur. Il mélange religion et politique. On assiste à un retour en force de la religion catholique. L’évêque encourage aussi les Canadiens français à se lancer à la conquête de l’Ouest du continent. Il affirme : « Le meilleur moyen pour un peuple de conserver sa foi est de la propager au loin ».

. Le 2 mai 1949, Monseigneur Charbonneau, archevêque de Montréal, lance un vibrant appel en faveur des familles éprouvées par la grève de l’amiante : « La classe ouvrière est victime d’une conspiration qui veut son écrasement et quand il y a conspiration pour écraser la classe ouvrière, c’est le devoir de l’Église d’intervenir ». Il réclame de Québec un code de travail qui soit « une formule de paix, de justice et de charité » et demande une quête pour aider les grévistes. Par ailleurs, il appuie la non-confessionnalité dans les œuvres alors que les évêques sont contre. Aux infirmières, il propose une association professionnelle commune alors que les évêques veulent deux associations, une catholique et l’autre protestante. Il fait l’apologie du CCF, le parti socialiste, alors que les évêques croient que l’Église possède une doctrine sociale capable de guérir tous les maux. Devant le manque de Canadiens-français dans le monde des affaires, il propose d’introduire le bilinguisme dans tout l’enseignement de son diocèse. Il prononce de grands discours favorables au nationalisme économique. Il prend beaucoup d’autres positions d’avant-garde avant d’être démis par le pape. Ses idées et ses actions ont fait leur chemin et montré la voie vers le futur aux Canadiens-français.

. Il y a aussi les milliers de maisons d’enseignements des communautés religieuses comme celles des Jésuites, des Frères des Écoles Chrétiennes, des sœurs Sainte-Croix, des sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie et tellement d’autres qui ont su éduquer une grand nombre de Québécoises et Québécois en leur enseignant les cours élémentaire, secondaire, classique ou scientifique et qui ont produit des femmes et des hommes qui sont devenus dirigeants de la nation et d’entreprises de toutes sortes. Sur cette base solide s’est bâti le système d’éducation d’aujourd’hui. Il en fut de même dans le domaine hospitalier et d’autres.

Tout ce qui précède n’est qu’un très bref aperçu de l’histoire du Québec et de l’importance du Clergé et de l’église catholique dans son cheminement. Le crucifix accroché au mur de l’Assemblée Nationale au-dessus du siège du président a été placé là, en 1956, pour marquer le passé religieux et historique du Québec.

Il semble de plus en plus probable que le Québec sera en élection générale bientôt. La premier ministre Pauline Marois a le vent dans les voiles et vise à changer sa minorité parlementaire en une forte majorité. Les deux derniers sondages, favorables à son parti et à sa personne, la motivent à profiter de la situation. D’autant plus que son projet de charte sur « les valeurs québécoises » ou « la laïcité », on ne sait plus comment le nommer, visant à défendre tous signes religieux ostentatoires portés par les employés du gouvernement, attire un nombre important de Québécoises et Québécois.

Le débat sur la charte expose clairement la profonde division qu’elle crée chez les Québécois. On est pour ou on est contre, on n’est pas entre les deux. Le seul groupe uni à 90% (mon évaluation) pour la charte est celui des séparatistes. Pour eux, ce n’est pas son contenu qui compte mais le fait qu’elle plait à une majorité de l’électorat francophone. Ils y voient l’argument capable de rallier au Parti Québécois (PQ) les circonscriptions électorales actuellement entre les mains des autres partis politiques afin que leur parti puisse imposer un autre référendum sur la séparation du Québec de l’ensemble canadien.

Aujourd’hui, le PQ, au nom de la laïcité, veut décrocher le crucifix de l’Assemblée nationale et le placer dans une pièce voisine qui n’a aucun rapport avec l’Assemblée Nationale malgré qu’il ait été une valeur québécoise importante depuis la découverte du Canada. De son côté, l’opposition libérale, qui favorise aussi la laïcité, veut maintenir le crucifix à sa place actuelle. S’il y a élection, cela deviendra possiblement un des thèmes de la campagne électorale. Croyez-le ou non !

Pourtant la devise du Québec est : Je me souviens !

Claude Dupras

Full Story »

 
Activism

Expanding Our 2014 Boycott List: #BoycottLoblaws

Posted April 10, 2014 by Stephen Elliott-Buckley

First, it started with IKEA, which has been locking out its Richmond, BC workers for 11 months. Then it expanded to a white Richmond farmer who isn’t all that happy with all the non-white farmers changing the complexion of farming in BC. So we’re all committing to #BoycottIKEA and boycotting W & A Farms products. […]

Full Story »

 
Canada

Good news, bad news

Posted April 23, 2014 by macleans.ca

The Boston Marathon’s return, a medical marijuana recall and a six-bladed razor

The post Good news, bad news appeared first on Macleans.ca.

Full Story »

 
Canada

Foreign Affairs says reports of MP’s arrest in Sri Lanka are false

Posted January 1, 2014 by The Canadian Press

OTTAWA – It remains unclear when a New Democrat MP is returning home after…

Full Story »

 
Canada

Le parachutage politique de PKP

Posted March 9, 2014 by Claude Dupras

C’est l’année des parachutages politiques au Québec. Le parachuté d’aujourd’hui est Pierre-Karl Péladeau (PKP), comme candidat du Parti Québécois (PQ) dans le comté de Saint-Jérôme pour l’élection générale québécoise du 7 avril prochain. Ce parachutage est sûrement décevant pour plusieurs membres du PQ de ce comté car PKP n’a aucune attache à la mandature visée. Ce privilège politique qu’a accordé la première ministre Pauline Marois à cet homme d’affaires a été fait aux dépens des candidatures locales.

Pourtant le PQ se targue d’être un parti démocratique. Il l’était, mais l’est-il encore si on en juge par les nombreux parachutages que Pauline Marois a fait récemment ici et là au Québec ? Si elle avait insisté pour que Péladeau soit candidat à la convention pour le choix du candidat où les membres PQ du comté St-Jérôme pouvaient voter et l’auraient appuyé publiquement, cela aurait été normal et PKP aurait probablement gagné. Mais la stratégie électorale de Marois requiert des éléments-surprises pour marquer l’esprit des électeurs et une candidature telle que celle de PKP en est un bon. D’autant plus que ce dernier a affirmé publiquement, il y a une semaine, qu’il ne serait pas candidat.

Le PQ n’est pas le seul à agir ainsi car de plus en plus les autres partis font de même. En France, c’est la normalité. Alors pourquoi devenir membre d’un parti si on ne peut prendre part à toutes les décisions qui ont rapport à notre comté ou si on ne peut rêver de devenir député du comté. C’est sûrement une décision qui affecte négativement le membership d’un parti dans un comté et par conséquent son action politique.

J’ai écrit un blog le 20 avril 2013 intitulé “Un géant Pierre-Karl Péladeau” qui illustre qui il est. On peut le trouver sur mon blog avec la boîte “Rechercher” ou en utilisant le lien suivant: http://claudedupras.blogspot.com/2013/04/un-geant-pierre-karl-peladeau.html.

Aujourd’hui, nous avons la confirmation où il loge politiquement. Pierre-Karl Péladeau est un séparatiste. Il veut que le Québec quitte l’ensemble Canadien. Sur ce plan, je ne le suis pas. La décision des électeurs de Saint-Jérôme devrait donc porter sur le choix suivant, d’un côté le Canada et de l’autre PKP.

Mes ancêtres qui venaient justement de St-Jérôme et de la région des Laurentides du curé Labelle ont bûché dur et travaillé sans relâche pour que le Canada se développe et soit uni et que le Québec soit fort et politiquement autonome. Aujourd’hui, ces objectifs ont été atteints. Le pays est un des meilleurs, un des plus riches et le deuxième plus grand pays au monde. Le Québec a un gouvernement fort avec une très grande autonomie politique. Je tiens trop au Canada pour mes descendants pour le laisser aller aux mains de mes compatriotes des autres provinces. Je considère que ce serait une erreur magistrale pour l’avenir de tous nos jeunes québécois de se départir d’une telle richesse et des possibilités d’avenir qu’il leurs offre.

Claude Dupras

Full Story »

 
Canada

Fries Supreme

Posted April 14, 2014 by What's Different in Canada

image

Somebody at Taco Bell Canada (probably stoned) must have remarked: “Canadians love fries with lots of stuff on top!” That is the only explanation for this only-in-Canada Taco Bell menu item, a bastardization of the least-Mexican Mexican food and an obvious stab at making “poutine,” fake-Mexican style. If you’re wondering when Canada will get the Taco Bell breakfast menu, the CEO has officially declared, “When you take Justin Bieber back.” 

Full Story »

 
Canada

6.7 earthquake rattles area off northern Vancouver Island

Posted April 24, 2014 by The Canadian Press

Glass rattled, buildings swayed, but no damage was reported

The post 6.7 earthquake rattles area off northern Vancouver Island appeared first on Macleans.ca.

Full Story »

 
Canada

Think.

Posted January 22, 2014 by Boris

Climate change is as much a threat to the safety and security of countries and regions as a massed army on the border. When armies start to mass on borders, the intelligence services of the threatened state go to work analysing the opposing force’s cap…

Full Story »

coldoutside12
Beliefs and Causes

Sunday Religious Stuff # 28

Posted January 19, 2014 by Allan W Janssen

Religious freedom ambassador not worried about ‘push back’ from abroad! By Lee Berthiaume, Postmedia News OTTAWA — Andrew Bennett admits some foreign governments don’t necessarily like what he has to say. Since being named Canada’s first ambassador for religious freedom in March, Bennett has publicly criticized Egypt for failing to protect Coptic Christians, condemned Iran’s […]

Full Story »

 
Canada

The Ontario Motorcycle Diaries: Day 1 – MotorSoul Riding School

Posted April 7, 2014 by Anonymous

We awoke at 4:30 am to drive to Toronto for our motorcycle course with Motorsoul Riding School. A fresh blanket of snow had fallen on the ground and they were calling for high wind warnings today. We were dreading the cold day ahead but excited to learn how to ride a motorcycle. Plus, we knew that this was our only chance to take our test before our weekend training rides begin. Dave and I are taking on another epic challenge [...]

Read the original post The Ontario Motorcycle Diaries: Day 1 – MotorSoul Riding School on Adventure Travel blog for Couples | The Planet D.

Full Story »

 
Canada

Canadian graffiti. (h/t Elliot)

Posted April 20, 2014 by What's Different in Canada

Canadian graffiti. 

(h/t Elliot)

Full Story »

 
Canada

Une stratégie électorale axée sur la peur, le mensonge et le “salissage”

Posted March 24, 2014 by Claude Dupras

Drôle de campagne électorale que celle que nous vivons au Québec cette année. Le Parti Québécois (PQ) au pouvoir, minoritaire, a déclenché une élection générale sans avoir perdu un vote important à l’Assemblée Nationale. Élu de peine pour un mandat de quatre ans, il y a près de dix-huit mois, il se retrouvait en difficulté dans les sondages il y a un an. Il a eu alors la brillante idée de créer un débat sur l’identité québécoise en proposant une charte des « valeurs québécoises ». Ce fut un coup de maître. Le PQ grimpa subitement dans les sondages au point que la PM Pauline Marois y a vu l’opportunité de déclencher une élection rapide afin de profiter de l’opinion populaire favorable du moment, nonobstant le fait qu’elle ait fait voter à l’Assemblée Nationale une loi fixant la tenue d’élections générales à tous les quatre ans, pour éviter des cas similaires du passé. La date de la prochaine élection était déjà fixée, mais la PM a décidé de ne pas en tenir compte préférant renier sa propre loi dans l’intérêt électoral de son parti.

Le débat sur la charte a démontré clairement que les Québécois sont fortement divisés sur la question, mais une majorité demeure favorable. Un récent sondage a indiqué pourquoi. Un grand nombre de francophones craignent les musulmans, les sikhs, les juifs et d’autres nationalités. Ils ont peur de la différence, de la société plurielle.. Et cela, même si les populations de ces groupes ethniques ont toujours agi correctement et n’ont jamais suscité de problème majeur. Pourtant de nombreux ex-PM, ex-ministres, ex-députés, recteurs d’universités, maires dont celui de Montréal, chercheurs, sociologues, etc.. plus les chefs des trois autres partis politiques du Québec, se sont prononcés publiquement pour s’objecter à la charte ou à une de ses parties. Face à ces complaintes, le gouvernement n’a changé que le nom de la charte, plusieurs fois. Aujourd’hui, le nom utilisé par la PM dans la campagne électorale est « la charte de laïcité ».

Les sondages internes du PQ soulignent la division profonde de la société québécoise. Ils indiquent, tout comme les sondages récents des journaux, que ceux qui l’appuient sont en grande partie des gens qui ont peur de l’autre, peur des étrangers, peur de leur habillement, tels un foulard, un turban, une kippa… Une peur irraisonnée et irraisonnable. Les autres partis politiques à l’Assemblée Nationale, ressentant ce malaise et pensant à l’intérêt général, ont voulu que le débat-diviseur cesse. Ils ont proposé des ajustements et des compromis à la loi 60 sur la charte afin qu’elle puisse être ratifiée unanimement. La PM a refusé et a déclenché l’élection sur la foi que la peur ferait son œuvre chez la population francophone. Elle a misé que cette peur continuerait à travailler pour elle afin qu’elle puisse se maintenir à la tête des sondages et gagner un gouvernement majoritaire. Au lieu d’agir en dirigeant responsable qui doit s’assurer d’éviter que des crises graves s’installent entre des groupes de la société, elle ne l’a pas fait par intérêt personnel politique.

Le parti Québécois est un parti démocratique dédié principalement à la séparation du Québec du Canada, comme l’indique clairement l’article 1 de sa constitution. Au dernier congrès du parti, la PM Marois a déclaré « nous l’aurons notre pays ». Depuis son élection au pouvoir, la PM et les ministres ont répété souventes fois des déclarations similaires. Son candidat-vedette, l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau (PKP), a fait le gros saut en déclarant qu’il était là pour faire un pays et que c’était sa motivation la plus profonde, le poing levé. Cela allait dans le même sens que ce qu’on entend et lit depuis que les péquistes sont au pouvoir. En obtenant une majorité à l’Assemblée Nationale, ils sont convaincus qu’ils pourront faire le pays parce que, disent-ils, « la conjoncture est favorable ». Pour eux, c’est clair, c’est net, c’est précis.

J’ai toujours eu de l’admiration pour des gens convaincus, même si je ne partageais pas leurs points de vue. Les meilleurs débats en découlèrent. Le malheur pour la PM Marois est qu’elle a voulu cacher son jeu. Depuis que les Québécois l’ont découvert, le PQ coule dans les sondages au point que les libéraux ont actuellement une avance de plus de 6 points (je ne tiens pas compte du récent sondage de Forum Research qui place le parti libéral encore plus haut car je ne crois pas dans la crédibilité de son travail au Québec).

La PM Marois reconnait ses problèmes et a changé de discours. Elle dit maintenant avec insistance qu’ « il n’y aura pas de référendum mais… ce n’est pas certain » et ajoute « ce qui compte c’est l’économie et la charte ». En plus, voyant que même ces derniers arguments accrochent difficilement, elle s’abaisse à dénigrer la personne du chef libéral et son parti. Il est clair que son discours ne tient compte que de la température politique. Elle dit n’importe quoi, face aux sondages défavorables, pour retrouver sa crédibilité. Sa stratégie électorale est en désordre. Une preuve additionnelle, au même moment ses ministres continuent à parler de référendum. Par exemple, le ministre J.F. Lisée vient tout juste de déclarer devant les étudiants de l’Université de Montréal que le référendum se fera le plus rapidement possible.

Ailleurs, l’ex-Ministre péquiste Rodrigue Tremblay, professeur émérite de l’Université de Montréal, reconnu pour sa perspicacité politique et qui connait les intentions réelles de la PM, la supplie :

Madame Marois, s.v.p. réveillez-vous ! Fermez la porte au plus sacrant à un référendum lors de votre prochain mandat et clouez le bec à vos adversaires. Mais, vous n’avez pas une éternité pour le faire. Seulement un jour ou deux. De grâce, n’attendez pas de le faire à quelques jours de votre prochain débat public, jeudi le 27 mars ; il sera sans doute trop tard. Coupez l’herbe sous le pied de vos adversaires, dès maintenant.

Voici ce que je vous suggère de dire clairement : « … je prends aujourd’hui l’engagement ferme qu’il n’y aura pas de référendum de cette nature au cours d’un second mandat du gouvernement que je dirigerai ».

D’autres, des penseurs et des blogueurs péquistes, comme le célèbre JC Pomerleau, abondent dans le même sens que Tremblay.

Cela indique quoi ? Que ceux parmi eux qui connaissent la politique, jugent que l’allure de la campagne électorale les mène vers la perte du pouvoir du PQ. Leur cri en est un de désespoir puisqu’ils sont prêts à sacrifier la tenue d’un référendum pour demeurer aux affaires. Ils argumentent que dans les circonstances, la meilleure stratégie pour leur parti est de bien administrer le Québec et de convaincre les Québécois sur le long terme que la séparation du Canada leur sera profitable.

Depuis le lancement de l’élection, il me semble clair que la PM Marois ne dit pas la vérité sur la question d’un référendum et profite de la peur chez certains Québécois pour gagner l’élection. De plus, ses propres supporteurs lui prédisent la défaite si elle ne se ressaisit pas. Elle semble prise dans une souricière. Si elle va dans le sens de Tremblay et accepte de faire la déclaration proposée, elle aura l’air de quoi ? Comment les Québécois pourront-ils réélire une personne qui joue ainsi avec sa crédibilité ? Si elle persiste dans sa voie actuelle, son sort semble scellé ! C’est le fruit d’une mauvaise stratégie.

Claude Dupras

Ps. Par contre, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les députés (tous partis confondus) de près de 50 comtés sont certains d’être élus nonobstant les sondages. Ils sont de bons députés et reconnus comme tels par leurs commettants. De plus, l’avance (si elle est réelle) du parti libéral, selon les sondeurs, est fragile. Tout peut arriver !

Full Story »


Project1
Allan's Perspective

Rob Ford: Why does the term “white trash” keep coming to mind?

Posted April 10, 2014 by Allan W Janssen

The more I hear about Rob Ford, the more the term “white trash” comes to mind! One of the first members of Rob Ford’s campaign team is the co-host of an online marijuana show, High F—ers, in which he smokes joints until he vomits, tells profane stories while high, and dedicates his drug use to […]

Full Story »


 
Canada

Twitter co-founder Biz Stone rolls out Jelly app

Posted January 7, 2014 by The Associated Press

SAN FRANCISCO – Twitter co-founder Biz Stone hopes to demonstrate that a picture can…

Full Story »

 
Canada

Merci Pierre-Karl Péladeau, merci

Posted March 11, 2014 by Claude Dupras

Tout allait rondement pour Pauline Marois. La première ministre du Québec menait sa campagne électorale selon les stratégies de ses faiseurs d’images, sans anicroche. Ses bordées (tacks) étaient parfaites, pleines voiles dehors. Elle ne voulait pas parler de référendum car elle savait que c’est le talon d’Achille du Parti Québécois dans l’élection générale en cours au Québec. Un sondage tout récent indique, encore une fois, que 61 % des Québécois rejettent la proposition que le Québec se sépare du Canada. Il y a eu deux référendums à ce jour et le NON l’a emporté chaque fois. Assez de perte de temps! Assez, c’est assez !

Pauline Marois sait ce que pensent les Québécois et même si la séparation est la raison d’être du Parti Québécois, elle veut surtout se maintenir au pouvoir au lieu de risquer de retourner dans l’opposition et de subir le rejet de son leadership par les membres du parti. Le pouvoir est plus alléchant et important et c’est la raison pour laquelle elle avait mis stratégiquement de côté la question d’un nouveau référendum. Et pour s’en sortir et réassurer les Québécois, pour ou contre, elle joua le jeu du chat et de la souris, « il y aura peut-être un référendum, il n’y en aura peut-être pas. Nous allons créer une commission d’enquête, et nous verrons… ». Ça semblait suffisant pour calmer les esprits…

Mais soudain, Marois décide d’annoncer fièrement la candidature de l’homme d’affaires Pierre-Karl Péladeau dans le comté de St-Jérôme. Propriétaire de médias intégrés (télévision, journaux, internet), homme de succès, très riche, c’est une grosse capture et Marois, avec raison, avait hâte de l’annoncer. Malheureusement, elle et ses conseillers semblent avoir minimisé l’impact qu’auraient PKP et le contenu de son discours. Il veut que le Québec soit un pays. Il est pressé. Il veut le plus vite possible un autre référendum et veut être le négociateur pour le Québec auprès du Canada pour régler les accords de la séparation. D’un coup, subitement, la stratégie électorale de Marois de camouflage de la question référendaire s’écroula. Le référendum devenait le sujet principal du débat électoral et cela confirmait ce que disait, depuis le début, le chef libéral Philippe Couillard. Les journalistes entourèrent PKP, il devenait l’élément nouvelle, l’homme de la situation, l’homme adulé, celui qui comblait les journalistes avec des nouvelles percutantes qui faisaient valoir un différend entre lui et sa chef. Marois disparut subitement des radars. Toutes ses sorties électorales de la journée et depuis ne furent pas rapportées par les médias, seuls comptaient la nouvelle vedette, le séparatiste PKP et la question d’un nouveau référendum.

Qu’arrivera-t-il de tout cela ? Il me semble clair que la tenue d’un nouveau référendum est l’enjeu principal de l’élection et, à mon avis, doit l’être car une victoire majoritaire péquiste sèmera à nouveau la zizanie entre nous et nous lancera tête première dans une nouvelle confrontation avec Ottawa, contrairement à ce que désire une très grande majorité de Québécois. Philippe Couillard doit démontrer ses qualités de chef et prendre le « lead » dans ce débat. C’était son argument principal depuis le début de la campagne, mais peu de personnes ne l’écoutaient. Maintenant que Péladeau a confirmé ce qu’il avançait, il doit y aller visière levée et profiter de l’occasion pour faire valoir ses politiques. C’est la voie à une victoire libérale, ou à un gouvernement péquiste minoritaire qui ne pourra ainsi tenir un référendum et approuver la charte inutile des « valeurs québécoises » qu’il propose et qui divise profondément le peuple québécois.

Merci PKP d’avoir permis que le vrai enjeu de l’élection du 7 avril devienne clair pour l’ensemble des Québécois.

Claude Dupras

Full Story »

 
Activism

What Yoko Ono Knows About Fracking

Posted April 14, 2014 by Stephen Elliott-Buckley

Today we are fresh off the tar soaked heels of Enbridge’s lie and spin machine in Kitimat, leading to a vote AGAINST their toxic future. In Kitimat, in a non-binding plebiscite, the people of Kitimat, but not the first peoples who live outside the town boundary, voted about 60-40 to kick out Enbridge. They’re liars, […]

Full Story »

 
Calgary

Calgary Airport Authority invites people to roam longest runway in Canada

Posted April 24, 2014 by The Canadian Press

It’s not often you get to set foot on a major airport runway — never mind one that is 4.2 kilometres long. The Calgary Airport Authority is inviting the public to a weekend event dubbed Run and Roam the Runway, […]

Full Story »

 
Canada

Andrew Coyne: Pauline Marois’ vision of independence looks an awful lot like dependence

Posted March 12, 2014 by Andrew Coyne

Pauline Marois has been describing a world after separation in which almost nothing would change. There would be no border controls. Quebecers could keep their Canadian passports. They’d even keep the dollar

Full Story »

 
Canada

Some Nebraskans approve of U.S.’s take-it-slow stance on Keystone

Posted January 19, 2014 by The Canadian Press

Despite efforts by Canada’s government to hasten pipeline talks, John Kerry insistent on going slow

Full Story »

 
Canada

Statement for National Volunteer Week 2014

Posted April 7, 2014 by Anonymous

OTTAWA – On the occasion of the 11th annual National Volunteer Week, the Green Party of Canada acknowledges and celebrates the important work of Canada’s 13.3 million volunteers.

Every day, volunteers from coast to coast to coast are working hard and making invaluable contributions to their communities and to Canadian society.

Volunteers play an integral role in every aspect of the Green Party, and we are immensely grateful for their energy, their talents and their dedication.

To all our volunteers, we say thank you for all that you do.

Are you interested in becoming a volunteer with the Green Party of Canada? Click here to find out more.

Contact:

Nicholas Gall
Communications Officer
Green Party of Canada
(613) 614 4916
nicholas.gall@greenparty.ca 

Statement for National Volunteer Week 2014 @volunteercanada #volunteer

Full Story »

 
Canada

Canadian Police and Suicide Hotlines Violating Privacy

Posted April 14, 2014 by John Klein

It’s mind boggling that Canadian police would think it’s justified in sharing mental health information with Homeland Insecurity in order to help the USA discriminate against people with mental illness. What in the heck made them think it’s okay? Are they crazy? People need to trust that they can reach out to a Suicide Hotline […]

Full Story »

 
Alberta

Grotto Creek Canyon – Bow Valley – Hiking Alberta

Posted January 29, 2014 by hikingwithbarry

Plans to snowshoe at Lake Louise are altered by atrocious winter driving conditions. The flashing lights of emergency vehicles, attending to several cars which have spun off the TransCanada Highway, convince Seija and I to abandon the original mission in favor of an alternative … Continue reading

Full Story »


 
Canada

Statement by Elizabeth May and Bruce Hyer on the Passing of Jim Flaherty

Posted April 10, 2014 by Craig Cantin

OTTAWA – On behalf of the Green Party, our members, staff and volunteers, we wish to extend deepest condolences to the family of Jim Flaherty.
He was a rare partisan, able to extend a mischievous twinkle to a rejoinder in Question Period. He was a ded…

Full Story »

 
Canada

Griffin Merchant Case + Square Reader for iPhone now available to Canadians

Posted April 23, 2014 by Ian Hardy

Square, the mobile commerce platform that was founded by Twitter’s Jack Dorsey, recently unveiled a thinner Square Reader. This little gem enables entrepreneurs and small business owners to start accepting payments via their mobile device, and also brings the ability to track inventory and trends through Square Register. During CES this year Griffin and Square

READ MORE

Full Story »

 
 


The Latest